Alexandre de Saedeleer, COO, dresse un bilan plutôt positif de l’année 2016 pour Tapptic, créateur d’applications mobiles.

 

Quel bilan commercial tirez-vous de vos activités digitales en 2016 (croissance, stagnation, replis) ?

Tapptic a connu une croissance du business relativement significative en 2016 grâce à l’acquisition de nouveaux clients importants mais également avec la consolidation des clients existants qui ont fait appel à nos services pour des transformations digitales importantes.

Parallèlement au développement d’applications mobiles qui deviennent de plus en plus intelligentes, nous parvenons à tirer profit de nouvelles interfaces digitales qui percent sur le marché comme les bots, la réalité virtuelle et augmentée, les interfaces de conversation. Nous nous sommes également donnés pour mission d’accompagner nos clients dans leurs stratégies et les guider dans le choix d’interfaces digitales.

Le développement de nos activités en France, en Suisse, en Pologne et en Allemagne a également été un levier de croissance intéressant en 2016.

 

Comment qualifieriez-vous le marché du digital en 2016 ? Comment Tapptic s’y est adapté ?

2016 a marqué une cassure sur le marché avec la réduction drastique des projets qui ne parviennent pas à offrir un ROI positif ni des perspectives business intéressantes (récolte de données, augmentation du chiffre d’affaires, offre de nouveaux services, … ). Développer une application ou une interface digitale, uniquement dans le but de suivre la tendance ou de s’aligner à la concurrence, n’a désormais plus de sens.

Le réel enjeu est, avant tout, d’identifier quels sont les avantages qu’une société pourrait tirer de la digitalisation de ses processus, de ses produits ou services et, en fin de compte, quel en sera l’impact sur le ROI. Les sociétés sont donc en demande constante d’accompagnement plus intense et d’une plus grande expertise. Le milieu de la technologie digitale évolue si vite que peu de sociétés parviennent véritablement à suivre les évolutions.

Les marchés porteurs sont, avant tout, ceux où la digitalisation est un élément essentiel pour la survie du business comme notamment le secteur des médias, des banques et assurances, la Fintech, le transport, le luxe ou encore les télécommunications.

Nous avons également identifié beaucoup d’opportunités dans le business-to-business où les interfaces digitales ont un rôle essentiel à jouer (formation des équipes, amélioration des relations clients, meilleure rentabilité des équipes mobiles, accélération des processus de « reporting »).

Nous concentrons, donc nos efforts sur deux axes :

      accompagner nos clients pour les aider à définir la bonne stratégie à mettre en place en mesurant correctement les résultats,

      développer des interfaces préalablement identifiées dans le plan stratégique (applications mobiles, réalité virtuelle, bots, TV, objets connectés, réalité virtuelle avec l’HoloLens) tout en focalisant nos efforts sur l’utilisation des data pour fournir des services digitaux intelligents.

 

Quelles sont les activités/projets qui ont particulièrement dopés votre business en 2015 (développement d’applications mobiles, création de sites Web, intégration de l’intelligence artificielle, machine learning, data analyses, IoT, bots, etc) ?

Grâce à l’expertise que nous avons acquise lors de la conception et développement de nombreuses applications mobiles, nous continuons à accompagner nos clients sur ces interfaces mobiles. Nos plus grands projets de 2016 se sont fait principalement sur smartphones, tablette ou encore TV. Mais nous avons également identifié de plus en plus de projets intégrant de nouvelles interfaces comme les ChatBots ou encore la réalité virtuelle.

Parmi nos grands projets de 2016, nous pouvons mentionner M6, qui continue à développer ses outils digitaux notamment en intégrant plus d’intelligence dans ses dispositifs, mais aussi l’Opéra national de Paris, Fortuneo, Brussels Airlines, VOO, Netgem…

Parallèlement à cela, nous voyons de plus en plus d’opportunité pour le développement de prototypes sur de nouvelles technologies comme Amazon Echo, Google Home, HoloLens, HTC Vive, Gear VR. La volonté des clients est de pouvoir appréhender la technologie avant de devoir l’intégrer dans le processus de production. A noter que les premiers projets intégrant l’intelligence artificielle et le machine learning commencent à voir le jour. Ce sera très certainement notre focus pour l’année 2017.

 

Comment imaginez-vous que le secteur va évoluer au cours de l’année 2017 (développement d’application mobile, design, e-commerce, SEM, marketing social, mobile, web, vidéo, e-mailing, etc) ?

La demande du marché va très certainement s’accentuer sur des besoins en consulting. Les entreprises ont besoin d’être guidé quant aux choix à opérer dans ce monde digital, les méthodologies à mettre en place, les technologies à considérer ainsi que l’intégration de l’intelligence artificielle et le machine learning, puissant vecteurs des nouvelles interactions consommateurs.

Les applications simples vont faire place à des applications intelligentes boostées par l’intelligence artificielle. Cette transition va devenir pour pouvoir fournir du contenu adapté et une expérience personnalisée à chaque utilisateur. Les consommateurs étaient en phase de découverte jusqu’en 2016. Maintenant, ils commencent à avoir des attentes quant à leur expérience digitale. Il s’agit pour les entreprises de ne pas louper le virage. Netflix est un bon exemple en la matière. Ils parviennent à utiliser les données agrégées pour rendre le service consommateur plus personnalisé et plus intelligent.

La réalité virtuelle et augmentée va également trouver sa place sur le marché en se focalisant sur des secteurs et des problématiques bien spécifiques où la virtualisation du monde va permettre aux entreprises de gagner du temps, d’économiser de l’argent et/ou de faciliter le partage de connaissance.

La dernière tendance qui va également marquer l’année 2017 sont les assistants virtuels via des interfaces vocales sur des appareils de type Amazon Echo (Alexa) ou Google Home.

En analysant tous ces changements et ces évolutions, les entreprises vont devoir faire face de plus en plus fréquemment à des situations de doutes pour lesquelles elles auront besoin de conseils et d’accompagnement.

Nous concentrons nos efforts pour offrir un accompagnement 360° à nos clients autour des points forts de Tapptic à savoir le développement d’interfaces digitales innovantes qui intègrent la data et l’intelligence artificielle. De la réflexion et l’identification des frictions à la mise en ligne, nous sommes capables de répondre à toutes les attentes de nos clients. Dans certains cas précis, nous pouvons en effet faire appel à un partenaire externe quand il s’agit d’un métier bien spécifique pour lequel nous n’avons pas l’expertise nécessaire.